A propos d’une certaine Stratégie Nationale de Santé …

Madame M. Pinville est députée de Charente et secrétaire nationale à la santé du parti socialiste, ayant succédé à Marisol Touraine lors de la prise de fonction ministérielle de cette dernière. Elle est capacitaire en droit et fonctionnaire des impôts.

C’est à ce titre qu’elle était reçue aux Asclépiades, organisée par Décision Santé et les laboratoires Janssen le mercredi 15 mai 2013, occasion pour elle de défendre la politique du santé du gouvernement.

Elle a donc réaffirmé les trois grands principes censés dirigée cette politique : parcours de soins, dialogue social et promotion du secteur hospitalier.

Et de servir alors quelques perles de la pensée unique :

–        « la santé est une fonction régalienne de l’Etat » : bien, alors rappelons que la sécurité sociale, organisme paritaire, relève du droit privé … Il faudra donc bien un jour définir les champs de compétences qui composent la « Santé » : champs relevant de choix de société et/ou politiques (prévention, éducation, formation, …), champs relevant de la sphère privée (l’acte médical proprement dit dont le cœur est et doit rester le colloque singulier entre le patient et son médecin, colloque qui doit resté sanctuarisé par le secret médical d’une part, et la mise à l’écart de toute ingérence dans cette relation, d’autre part). En fait, une telle formule résume parfaitement la volonté politique d’une nationalisation centralisée de la santé, sans considération aucune pour les besoins personnels.

–        Globalisation du contexte économique et réformes en profondeur du système de santé : loi sur les tarifs de biologie approuvée et soutenue, il en y ira de même de ceux de radiologie (combien le délai d’accès à une IRM, le nombre de ces dernières par habitant en France comparé à l’Allemagne ?), avant de s’attaquer plus avant sur les tarifs de l’ensemble des praticiens … L’avenant 8 n’est que le coin, la hache n’est pas loin pour abattre la médecine de qualité que l’on nous enviait …

–        Concernant la loi HPST, il n’y est vu qu’une « approche essentiellement économique« , et de proposer de redonner à l’hôpital sa place comme « maillon du parcours« , et la « loi de santé publique 2014 sera la loi forte du mandat de François Hollande. Le parcours de soin, la prévention, la démocratie sanitaire seront les grands axes de cette loi » … L’hospitalocentrisme au nom d’un système centralisé est en marche …

–        « Les étudiants ne se soignent plus, n’ont plus de couverture santé. C’est une vraie préoccupation. Nous devons insister sur la prévention et l’éducation à la santé » : et oui, si les étudiants ne se soignent pas faute de moyens, une obligation d’éducation à la santé dans le cursus scolaire est la solution … On ne parlera pas ici des mutuelles étudiantes  … mais à un problème essentiel à l’échelon de la personne, c’est encore une fois une vieille recette bien collective, centrale, étatique qui est proposée

On a là la parfaite démonstration de la pensée unique en marche, incubée à l’ENA sous forme de rapport de scolarité, distillée par l’IGAS sous forme de rapport d’expertise, parée par Terra Nova des atours de l’innovation et promue par nos très CHERS politiques comme garante de la solidarité et de la qualité du système, plus que des soins

Ou comment un devoir du soir devint une stratégie nationale de santé …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s